Un procès très médiatisé au Kazakhstan, au cours duquel ils ont détenu et torturé pendant un an une militante des droits de l’homme et ancienne consule honoraire d’Estonie en République du Kazakhstan, Mme. Balpyk Bibigul, s’est soldé par la victoire et le triomphe de la justice.

Balpyk Bibigul est détenu depuis le 11 mars 2021. L’arrestation a été faite dix jours après deux interventions chirurgicales. Le CIPDH considère les actions du personnel du Nur-Sultan SIZO et des enquêteurs du Bureau du Procureur de la République du Kazakhstan, qui lui ont interdit tout transfert de médicaments pendant le premier mois de détention, la plus pure tentative de meurtre. En conséquence, Mme Balpyk a subi une crise cardiaque latente, s’est blessée à la colonne vertébrale et se déplaçait avec difficulté avec des béquilles.

Chaque fois, le Collège judiciaire des tribunaux pénaux du tribunal municipal de Noursoultan, composé des juges Yergalieva Sh.T., Aktailakova K.A., Slambekova A.K., a laissé inchangée la mesure de contention pour une personne qui perd connaissance pendant le procès.

Il était également connu et prouvé que les employés du département d’enquête de la République du Kazakhstan et du bureau du procureur de la République du Kazakhstan bloquaient de toutes les manières possibles l’accès des médecins à Mme. Bibigul Balpyk. De nombreuses plaintes auprès des autorités de contrôle sont restées sans réponse. Il était évident que cela avait été fait exprès. En effet, à ce moment-là, dans le cadre d’une accusation non fondée et farfelue, une saisie illégale du chantier de construction du Centre des organisations internationales, situé à l’intersection des rues Akmeshit-Sarayshyk-Turkistan à Nur-Sultan, a eu lieu.

En septembre 2021, la situation des employés du CIPDH – Mme Balpyk Bibigul avait déjà franchi toutes les limites autorisées et ressemblait davantage à de la torture militaire, ce qui ne respecte absolument pas les dispositions du décret du président de la République du Kazakhstan : mesures de la République du Kazakhstan dans le domaine des droits de l’homme » en date du 9 juin 2021.

Grâce au grand professionnalisme dont ont fait preuve les avocats M Askhat Bimbetov, M Eduard Shompiev et Mme Asel Absadykova, ainsi qu’au courage dont a fait preuve le journaliste M. Makhambet Abzhan, qui a couvert ce procès dans les médias, Mme Balpyk Bibigul a été libérée.

Le travail bien organisé de la défense de Mme Balpyk Bibul est un bon exemple dans la pratique judiciaire de la République du Kazakhstan et donne de l’espoir aux autres.

L'Articles Similaires