Accueil

La Convention européenne des droits de l’homme

La Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, usuellement appelée Convention européenne des droits de l’homme, a été adoptée par le Conseil de l’Europe[1] en 1950 et est entrée en vigueur en 1953, après avoir été ratifiée par dix États.

Ce texte juridique international a pour but de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales en permettant un contrôle judiciaire du respect de ces droits individuels. Il se réfère à la Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948.

Pour permettre ce contrôle du respect effectif des droits de l’homme, la Convention a institué le Comité des MinistresCour européenne des droits de l’homme. Celle-ci, mise en place en 1959 et siégeant à Strasbourg, est chargée de veiller au respect de la Convention par les états signataires : toute personne s’estimant victime d’une violation de la Convention peut la saisir afin de recevoir une indemnisation, pourvu que son État de résidence le lui permette, conformément à l’article 56. Notons que la France, qui héberge la Cour, n’a ratifié la Convention qu’en 1974, et n’a permis à ses résidents de saisir la Cour qu’en 1981. du Conseil de l’Europe, et surtout la

La Convention a évolué au fil du temps et comprend plusieurs protocoles. Par exemple, le protocole no 6 interdit la peine de mort, excepté en cas de guerre.

Le texte officiel de la déclaration Européenne des droits de l’homme.

Le format PDF se lit au moyen de l’application “Adobe Reader”, que l’on peut télécharger gratuitement à l’adresse suivante www.adobe.com