Lettre ouverte aux organisations internationales de défense des droits de l’homme

Notre mission est de faire le bien là où il y a le mal, la douleur, la faim et l’injustice. Toute la Syrie est dans le sang, mais le monde entier se tait. Pourquoi?

Je n’ai pas de mots Il ne me reste que des larmes. J’espère que Dieu donnera à ces pauvres gens la paix et le bonheur qu’ils méritent. Je crois que le jour viendra où les enfants syriens vivront une vie heureuse et sans peur. Mais maintenant, tout ce que je demande, c’est de prier pour eux et pour eux. Dans notre monde, une génération entière d’enfants syriens grandissant sans foyer et ne recevant pas l’enseignement primaire grandit, et la guerre de sept ans en Syrie n’a pas de fin. Dans un petit camp de réfugiés à Istanbul, vivent plusieurs familles syriennes que nous avons visitées l’autre jour. en hiver, il fait froid dans ces maisons et il fait extrêmement chaud en été, au printemps il y a de la boue. Les mères avec des enfants sont assises dans un petit foyer, c’est la seule source de chaleur. Dans leurs maisons, il n’y a pas de chambre séparée ni de cuisine séparée. Selon les rapports annuels du CIPDH, la moitié des 500 000 enfants d’âge scolaire issus d’une famille de réfugiés syriens sont privés de la possibilité d’aller à l’école. Beaucoup d’enfants ont perdu leurs parents à cause de la guerre. La Journée internationale de l’enfance en Syrie n’est généralement pas célébrée. Nous essayons de donner un peu de joie à ces enfants pauvres avec une visite inattendue, avec des cadeaux, de la farine, des bonbons, des jouets, pour faire plaisir à ces gars juste pour montrer du soin et de l’attention. Nous essayons de donner à ces enfants très peu d’enfance, qu’ils ont perdues à cause de la guerre. Beaucoup de bébés ont encore l’espoir de retourner dans la famille. Ce sont des enfants sans enfance, les écoliers syriens sont de plus en plus nombreux au lieu d’aller à l’école, ils vont au travail, le travail des enfants est devenu banal dans la vie des réfugiés. Ayant été là-bas, il est difficile de décrire tout ce qui s’y passe, l’absence de conditions de vie élémentaires condamne des milliers d’enfants à une mort certaine. Ci-dessous sont des photos qui ne peuvent pas vous laisser indifférents, nous avons vu tout cela de nos propres yeux et nous pouvons dire en toute sécurité, cela ne sauvera peut-être pas tout le monde, mais nous pouvons aider beaucoup d’enfants!

Chef du Service de la Presse du Comité International pour la Protection des Droits de l’Homme.  

La directrice du fonds « NAUMAN Foundation »

Mme. NAUMAN YULIA.

 

L'Articles Similaires